Catégories
Traduire
    Traduire depuis:

    Traduire vers:

Pour nous suivre:
  • RSS Feed
  • Subscribe via Email
expatriation

La peinture et le lac Trasimène (1)

.

Représentation des barques du Trasimène,

entre réalisme et imaginaire

.

.

Préambule

.

Note du traducteur :

Il s’agit ici de la traduction d’un article original publié par mon ami Giorgio GIORGINI sur le site de l’ARBIT  (Associazione Recupero Barche Interne Tradizionali).

Jean Wilmotte en a assuré la traduction.

.

.

Réalisme

.

Jaume Morera y Galicia

.

La neige présente ces derniers jours sur le lac Trasimène, rappelle la peinture à l’huile (voir ci-dessous) de Jaume Morera y Galicia (1854-1927).

Ce peintre espagnol rejoignit Rome en 1873 et séjourna en Italie jusqu’en 1977.

La peinture à l’huile ci-dessous fut exécuté après son retour en Espagne.

.

Jaume Morera y Galicia, Rives enneigées du Trasimène (Riba nevada delllac Trasimeno), 1904, huile sur toile, cm. 43 X 73, Museo d'arte Jaume Morera, Lleida, Espagne

.

Click below to continue – Clicca sotto per il seguito – Cliquez ci-dessous pour la suite

.

.

Probablement que le recours à des carnets de croquis explique la réalisation de ce paysage enneigé insolite.

Les trois barques sont incontestablement des barques du Trasimène.

On les reconnait à leur poupe taillée verticalement et à leur proue soulevée.

A l’intérieur de la barque de gauche, on entrevoit un bacaio ou baccaio (vivier permettant de stocker les poissons en les maintenant en vie pendant plusieurs jours).

Sur la rive, on voit plusieurs autres viviers recouvert par la neige.

.

Le dessin (ci-dessous) du même auteur est d’un charme indéniable.

.

Jaume Morera y Galicia, Crépuscule sur le Trasimène (Crepuscle el llac Trasimeno), 1881, dessin sur carton, cm. 47 x 74. Collection privée, Vizacaya, Espagne.

.

Mais l’extraordinaire ambiance expressive est obtenu au détriment d’un certain réalisme.

L’auteur y montre des pêcheurs en train de se chauffer (ou de cuisiner?) autour d’un feu allumé au fond de la barque.

De même, les proportions entre les sujets et la barque sont incohérentes.

Et on a de la peine à identifier l’outil déposé à la proue.

.

Markó Károly (Charles Markó le jeune)

.

Ce peintre hongrois (1822-1891), qui appartient au style du réalisme,  a vécu en Italie avec son père, Charles Markó l’ancien.

Charles Markó l’ancien (1793-1860) s’inscrit lui dans le style romantique.

Il a émigré en Italie en 1832 et a fondé une école de peinture en Toscane.

.

Markó Károly, Vue du Lac Trasimène, huile sur panneau, cm. 18 x 24, moitié du XIXème siècle. Collection privé, mis aux enchères à Budapest par "Kieselbach" le 12 octobre 2001.

.

Dans ce petit paysage (voir ci-dessus), on aperçoit la tour de Borghetto entourée d’arbres.

Dans le lointain, on peut distinguer les îles Maggiore et Minore.

A côté de la figure à peine stylisée d’une fermière, on aperçoit deux barques traditionnelles amarrées entre des pieux (voir 1er détail du tableau ci-dessous).

 

Premier détail du tableau ci-dessus

.

Un peu plus à droite (voir 2ème détail ci-dessous), on observe une troisième barque qui se glisse à travers la canaie.

Au large, on entrevoit une quatrième barque avec deux hommes probablement en train de pêcher.

.

Deuxième détail du tableau ci-dessus

.

.

Imaginaire

.

Charles Vadur

.

Cette aquarelle maniérée nous introduit dans le monde des représentations fantaisistes du Lac Trasimène et de ses barques.

.

Charles Vadur, Vue du Lac Trasimène avec la Rocca del Leone, aquarelle, cm. 60 x 92, 1858. Collection privée, mis aux enchères à Milan par « Il Ponte Casa d'Aste SRL» le 15 juin 2011.

.

Les rives du lac et les montagnes en arrière-plan évoquent davantage un lac du nord de l’Italie, tandis que les barques ressemblent à celles du lac de Côme.

Le nombre de voiles au milieu du lac, nous confirment, s’il en était besoin, que l’auteur n’a très probablement jamais vu le Trasimène.

.

Pietro Barucci

.

Pietro Barucci (1845-1917) était un peintre paysagiste italien remarqué pour ses oeuvres représentant la campagne romaine.

Sa toile à l’huile (ci-dessous) est qualitativement supérieure à celle de Vadur.

Mais, ici aussi, l’artiste interprète très librement son sujet.

.

Pietro Barucci, Anse du Lac Trasimène avec personnages et animaux, huile sur toile, cm. 200 x 100, fin du XIXème siècle. Collection privée, mis aux enchères à Milan à la « Viscontea » le 6 mai 2010.

.

Il est difficile de reconnaître le lac Trasimène dans cette anse marécageuse.

Par ailleurs, la forme de la barque évoque davantage celles des Marais Pontins ou de Fucecchio.

.

Gerardo Dottori

.

Gerardo Dottori (1884-1977), peintre italien futuriste, né et décédé à Pérouse (Perugia).

Dans le tableau (ci-dessous) de Dottori, le soin du détail est remplacé par un style austère qui évoque la réalité plutôt que de la « photographier ».

.

Gerardo Dottori, Barque sur le Trasimène, 1910 ( ?), huile sur toile, cm. 59,5 x 79,5. Collection privée, mis aux enchères à Milan par « Sotheby » le 24 mai 2006.

.

Le lac, les arbres et les maisons tendent à un classicisme archaïque, comme la barque qui est réduite à un minimum d’éléments essentiels qui ne peuvent en aucune manière être assimilés aux caractéristiques des barques pourtant certainement connues de ce peintre pérugin.

.

Conclusion

.

Paradoxalement, à partir de ces quelques exemples, nous pouvons émettre l’hypothèse que plus éloigné est le lieu de naissance de l’artiste, plus grand est le soin qu’il met dans la reproduction des détails des barques traditionnelles du lac Trasimène…

.

.

Les commentaires sont fermés.